Samedi 11 février 2012 à l’Espace Julien de 20h30 à 03 h

l’Espace Julien de 20 h 30 à 00h et Café Julien de 00h à 03h
Entrée 15 €, en pré-vente plus frais de loc.
www.digitick.com

+ points de vente habituels.

 

9TH CLOUD feat. AIRSOLID (Fr) live

Qu’il soit seul aux commandes ou accompagné de ses fidèles copilotes (Vompleud, Half a Rainbow), 9th cloud vogue depuis plus d’une dizaine d’années avec aisance sur les cieux des musiques électroniques. Musicien autodidacte très peu conventionnel – mais authentique ingénieur en audiovisuel – il compile, triture, digère et s’approprie nombre d’influences venues aussi bien du jazz que du hip hop, sans s’éloigner jamais trop de l’electronica. Début 2012, pour «43 sunsets», le marseillais 9th cloud embrasse les mentors du hip hop et met les beatmakers en orbite pour une balade bleepée survolant un demain émouvant et robotique. D’arides paysages en subtiles structures sonores, 9th cloud met la lumière en musique pour éclairer la scène électronique d’une onde personnelle.

www.9th-cloud.com

///

PLAPLA PINKY (Fr) live

PlaPla Pinky représente l’un des espoirs les plus fondés de la scène musicale française : un goût décomplexé qui embrasse musique populaire et savante, une intransigeance sur la qualité et une virtuosité technique mise au profit du fun.

Concrètement cela nous donne un live tonitruant, extrêmement visuel, qui mélange le scratch et la bidouille informatique. Quand Timbaland rencontre Stockhausen ! «Une musique électronique spectrale, dépouillée de tout ornement. Synthétiseurs analogiques brisés et basses écrasantes, pour une vision musicale radicale entre noise concrète et dance émétique.»

http://plaplapinky.com

///

DEBRUIT LIVE BAND (Fr) live

« Producteur » et représentant du label Musique Large avec son complice de toujours Fulgeance, Débruit et ses machines proposent un live électronique violemment rebondissant. Remixé entre autres par Daedelus, influencé par les pontes américains du genre ainsi que par la scène électronique anglaise actuelle, et récemment signé sur le label londonien Civil Music, Débruit fait partie de ces français exilés à l’étranger, en illustration du fameux : « Nul n’est prophète en son pays ». Voguant entre les labels Musique Large et Civil Music, ce virtuose du hiphop électronique syncopé marie allègrement les synthés et samples world, jazz,… Depuis 2008 il manie les beats de manière hors-norme en construisant et déconstruisant la musique. Il combine, avec un naturel déconcertant les influences et styles pour créer une musique reconnaissable entre toutes. Pour situer un peu, on pense à de l’instrumental hip-hop futuristique, du post funk et pas mal de sonorités 80’s ; le tout englobé dans un boubou africain. Débruit live band, nouveaux projet en trio avec Nils guitar-synthétiseur et Markus Basse et visuel video .

www.debruit.com

///

L’AMATEUR (Fr) DJ set

Incontournable agitateur et inlassable découvreur, l’Amateur fait partie de l’histoire des musiques électroniques sudistes à bien des égards. De ses débuts niçois a ses résidences actuelles pour Aires Libres ou Mix en Bouche, ce dj érudit et aussi journaliste et chroniqueur des dernières nouveautés électroniques sur Radio Grenouille dans son émission «Bienvenue au club»

www.soundcloud.com/lamateur

 

///

IDEAL CORPUS (Fr) Live

Imaginez un arc-en-ciel au couleurs apaisées au milieu d’une nébuleuse où deux bisounours en baggie-slim et en jupe rose à froufrou font des câlins à leurs amis les pandas et jouent sur des synthés en plastique… Du haut de leur nuage, MC Kawaii et Fruity Freatox planent musicalement dans une crème naïve et lourde en vous concoctant de délicieuses gourmandises sonores : cupcakes, donuts, beignets et macarons fraise-chantilly sont de la partie.

www.myspace.com/idealcorpus

 

_______________________________________________________________________________________________

 

Mercredi 15 février à « Diagonales 61″

Vernissage le 15 février à 18 h 30, exposition visible du 16 février au 21 avril 2012.

REMI BRAGARD
« Analogie D »
Installation

Technè présentera une installation de Rémi Bragard, artiste plasticien né en 1978, vit et travaille à Marseille.

Dans la narrative ficelée de l’histoire de l’art, il a été souvent occulté ou du moins négligé le poids de certaines influences et passions privés, hors du champ de l’art, ayant largement interféré dans le cours de son histoire. Cela viendrait peut-être perturber le storytelling d’un modernisme universel et rationaliste. Mais, et pour en rester à l’art minimal, il est connu l’intérêt de John McCracken pour la vie extraterrestre, celui d’Olivier Mosset pour le milieu des bikers, ou de l’expérimentation de LSD pour La Monte Young.

De la même façon, l’histoire de l’art décèle parfois des liens souterrains avec un intérêt pour les perceptions extra-sensorielles et l’expérimentation physique du son. Rémi Bragard met en relief ces interconnexions dans son intervention sur la façade de Diagonales 61. En écho au motif même de la grille, composée d’un jeu complexe de diagonales orientées dans différentes directions, il a pensé au travail de l’artiste américain associé à l’art minimal, Frank Stella. A partir d’une oeuvre parmi les plus minimales de cet artiste, Rémi Bragard a composé une image qui résonne avec le motif de la grille. Mais cette résonance est aussi sonore, en quelque sorte. Pour Rémi Bragard, l’oeuvre de Stella lui évoque aussi la répresentation de propagations d’ondes, d’échos répétitifs. Il dédouble ainsi ce motif sur l’image d’un étrange rassemblement hippie où les participants portent des casques audio et des demi balles de ping pong sur les yeux. Il s’agit d’une photo de la revue Science & Vie de 1969 avec les Alphamanes, une communauté qui utilisait cette technique pour écouter les ondes alphas produites par l’activité électrique du cerveau, en quête d’un état de plénitude et sérénité. Il y a néanmoins quelque chose de paradoxal dans le désir d’inventer une communauté qui se réunit pour produire des caissons d’isolement individuels. Le dialogue entre les rythmes visuels de Frank Stella et l’expérimentation sonore des ondes alpha vient développer une autre lecture de l’histoire culturelle d’une période où l’intérêt par des rythmes hypnotiques et l’attitude introspective réunit l’avant-garde artistique et la contre-culture.

http://www.documentsdartistes.org/artistes/bragard/page1.html

_______________________________________________________________________________________________

Jeudi 23 février à 19 h à la librairie l’Histoire de l’oeil.

 

CHRIS SHARP (USA)
Conférence

Castratos of Moon-mash*

Chris Sharp présentera certains questionnements qui irriguent sa pratique en tant que critique d’art et commissaire d’expositions. Actuellement, cette réflexion s’étend aux questions de la permanence de la sculpture, du statut éphémère du corps et de leurs rapports respectifs à la danse. Ces enjeux assument une importance particulière à l’ère numérique, face à la domination des écrans et des images qui circulent entre ces écrans. Dans ce contexte, le corps et les formes qui l’animent – la sculpture, la danse – trouvent une place et une urgence renouvelées, inscrites dans le travail d’artistes comme Alina Szapocznikow, Shimabuku, Liz Magic Laser, Michael Dean ou Esther Kläs.

*d’après un poème de Wallace Stevens

Chris Sharp (né en 1974, USA) est un écrivain, critique et commissaire d’expositions basé à Paris. Il est rédacteur-chef de la revue Kaleidoscope et collaborateur régulier de la revue Art Review, avec des parutions dans les magazines ou publications on-line comme Frieze, Afterall, Mousse, Metropolis M, ou Art-Agenda. Il a aussi contribué aux catalogues d’artistes comme Dane Mitchell, Roman Ondàk, Michael Dean, Christian Andersson, Ian Kiaer, Nina Canell, Lara Favaretto, Nina Beier, Owen Land… Ses collaborations s’élargissent à des institutions comme Moderna Museet, Malmö, Hamburg Kunstverein, Kunsthalle Bern et le Sculpture Center, New York. Actuellement, il prépare ‘A Necessarily Incomplete Anthology of Withdrawal’, à paraître chez Archive Books, Berlin.

Parmi ses derniers projets: ‘Antic Measures’, Galerija Gregor Podnar, 2011; ‘Under Destruction’, co-commissariat avec Gianni Jetzer, Swiss Institute, New York, 2011; ‘The Moment Pleasantly Frightful’, Laura Bartlett Gallery, 2011; la performance ’13 Pieces, 17 Feet’ en collaboration avec Becky Beasley, Serpentine Gallery, 2010; ‘Still Vast Reserves’, Gertrude Contemporary, Melbourne, Australia, 2010, co-commissariat avec Emily Cormack et Alexie Glass-Cantor; ‘In Which the Wind is Also a Protagonist’, La Générale en manufacture, Sèvres, France, 2010; et une exposition monographique de Alexander Gutke, MOCAD, Detroit, 2009.

_______________________________________________________________________________________________

Mardi 6 mars au Conservatoire National à Rayonnement Régionale, salle Henri Tomasi.

Entrée 10 euros sur place
Réservation : contact@riam.info ou Tel : 09 52 52 12 79

 

MURCOF & PHILIPPE PETIT (Mex, Fr) Live

MURCOF (Mex)

MURCOF est l’un des plus impressionnants représentants de l’avant-garde électronique
Ses soundscapes minimales mélangent un design sonore très complexe avec une écriture harmonique, en utilisant silence et les éléments orchestraux aussi bien que les beats et bass, afin de construire les formes musicales précises et évocatrices.
Murcof est désormais considéré comme un créateur qui apporte des pistes nouvelles dans la fusion des musiques classiques, savantes et électroniques, un véritable architecte sonore qui surprend en permanence, assemblant finement groupes de cordes et micro-rythmes minimalistes.

www.murcof.com

PHILIPPE PETIT (Fr)

Fondateurs des labels BIP-HOP et Pandemonium. Philippe Petit est une personnalité majeure de la scène musicale française qui signe ses disques sur de multiples labels internationaux et à joué sur plusieurs continents. Il a collaboré avec des personalités aussi diverses que : Lydia Lunch, Faust, Cindy Talk, Eugene Robinson (Oxbow), Foetus, Edward Ka-spel, Cosey Fanni Tutti (Throbbing gristle), my Brightest Diamond, Graham Lewis (Wire), Barry Adamson, Scanner, Asva, Kammerflimmer kollektief, Guapo, Simon Fisher Turner, Jarboe, etc…

www.philippepetit.info/

 

 

Un événement proposé par Technè avec le soutien du : Conseil Général des Bouches-du-Rhônes ⎢ La Ville de Marseille ⎢ La direction Régionales des Affaires Culturelles PACA ⎢ Le Conseil régional PACA et du Conservatoire de musique Marseille ⎢Radio Nova ⎢ Radio Grenouille ⎢ Ventilo ⎢ Watt 4 You ⎢ Trax ⎢ Tsugi..