Nicolas Moulin & Philippe Cuxac

« Dividencke  »
Installation

Une co-production RIAM – RLBQ, présenté lors des RIAM 06.

Dividencke est une installation immersive, qui prolonge une série de recherches développées par Nicolas Moulin consacrées à la résurgence des utopies spatiales. Sa réflexion s’éloigne radicalement de l’esthétique souvent employée à ce sujet, le « kitsch » pop de la fin du vingtième siècle qui mélangeait des documents de la conquête lunaire américaine et le design techno moderniste des années 70. « Il s’agit aujourd’hui, à notre époque où le post-modernisme prend fin et où le concept de « futur » est réhabilité, de définir un nouveau vocabulaire visuel pour évoquer ce paysage ». Le titre de l’exposition, Dividencke est construit à partir du terme « division d’encke » désignant une aire de séparation située dans l’anneau de saturne. À travers un dispositif composé de néons et d’une vidéo réalisée en collaboration avec Philippe Cuxac, il compose un environnement minimal et non chromique, à la fois abstrait et hyper réaliste, puisant dans les recherches formelles du constructivisme russe, du cinéma de Fritz Lang, du Bauhaus, de l’art minimal et des mangas japonais contemporains.

Nicolas Moulin parle des fictions du monde contemporain dont les repères s’accrochent à l’isolement sensoriel, la perte d’identité et le déplacement des signes dans un univers où la technologie est implicitement présente. À partir de banques d’images récoltées dans les médias ou les photothèques spécialisées, il emploie la photographie et la vidéo pour mieux confondre les frontières du réel et de la fiction. Il négocie la véracité associée aux images jusqu’à l’exclure, à travers des paysages vidés de la présence humaine où ne restent que des constructions (architectures urbaines, systèmes de transport, axes, carrefours…). Travaillant sur le principe du retrait et de la synthèse, il ôte tout descriptif décoratif pour aboutir à la construction de déserts. Au lieu de solliciter le spectateur par la séduction ou la fascination, Nicolas Moulin propose des univers sensoriels qui permettent aux visiteurs de se projeter et de réinventer sa perception du réel.

Nicolas Moulin, né en 1970, vit et travaille à Berlin. Il est représenté par la Galerie Chez Valentin (Paris).

www.galeriechezvalentin.com