GILLES POURTIER « Les Standards observent les formats »

((/public/GillesPourtier/pochette10-2.png

Edition du disque vinyle tirée à 10 exemplaires accompagnée d’une photographie numérotée et signée par l’artiste. 1 exemplaire 500 euros, nous contacter. hello@techne-marseille.com

 

L’édition a reçue le soutien du Conseil Régional PACA.

Le processus de réalisation de cette oeuvre consiste à scanner un vinyle pour le traduire en image numérique au format TIFF. Par la suite un programme informatique décrypte l’image et la transforme en son (un fichier WAV). La bande son obtenue est ensuite gravée sur un vinyle et diffusée sur une platine. Ainsi le son qui est émis par le vinyle est issu de l’image de celui-ci. Cette installation signale l’actuelle homogénéisation de l’univers de la musique introduite par les technologies numériques. Désormais, tout support sonore (à l’image du vinyle et de la dimension visuelle qui l’accompagne: les pochettes de disques) semble confluer vers l’univers virtuel du numérique, intégrant l’inévitable facilité de circulation et d’accès à la musique. C’est cette compression de la variété infinie de formats, échelles et couleurs sur la seule surface des écrans, que Gilles Pourtier cherche ici à rematérialiser.

((/public/GillesPourtier/pochette-22.png

Le son émis par la platine ne se traduit pas à l’oreille de façon intelligible, court-circuitant les dispositifs ultra-perfectionnés que désormais organisent l’univers visuel et sonore dans lequel on vit. Il est ici impossible pour le spectateur-auditeur de comprendre ce qu’il écoute, à rebours de la transparence optimale promise par les technologies numériques.

L’artiste emploie un système de traduction qui va du son à l’image pour ensuite “exposer” le son de l’image. Cette sorte de tautologie peut le rapprocher de l’univers des artistes conceptuels des années 1960 et 1970, à l’image de la fameuse “Boîte avec le son de sa propre fabrication” de Robert Morris, où l’on entend le son de la fabrication d’une boîte en même temps qu’elle est exposée.
Après des études de Lettres Gilles Pourtier s’engage dans une formation professionnelle de verrier qu’il achève à Nancy au CERFAV (Centre Européen de Recherche et de Formation aux Arts Verriers). Il travaille alors à Londres comme technicien au Surrey Institute of Art and Design University College puis au Westminster Adult Education Service. En 2006 il entre à l’ENSP d’où il ressort diplômé en 2009. Au cours de ses trois années d’études à Arles, il développe un travail personnel alliant photographie, multimédia et vidéo. Ses travaux photographiques ont été montrés lors de l’exposition Ils photographient, ils écrivent, partenariat entre l’ENSP et L’ENS-Lyon Sciences Humaines à Arles en mars 2009. Lors des Rencontres Internationales de la Photographie 2009, il participe à l’exposition Une attention particulière. Il vit et travaille actuellement à Marseille.

www.gillespourtier.com