Tank – art space

Dimanche 26 octobre à partir de 15h30 heures

81, rue de la Loubière 13005 Marseille – www.artspace-tank.com

____________________________________________________________________________________________

horla

____________________________________________________________________________________________

HORLA (fr) live

La Nature, en tant qu’elle est infinie à penser, constitue le centre de la réflexion des performances d’Horla qui tentent de décrire toute la complexité et la fragilité de la contingence du vivant : naissance, fracas, bruissement, évolution, mort. Après avoir fait ses classes de philosophie, il entretient un immuable rapport métaphysique avec l’acte créatif et l’expérience sonore. La performance temps réel est développée dans des couleurs et des mouvements rappelant les schémas indéfectibles des profondeurs de la pensée: étincelles, boucles, nuances. Ces expérimentations consistent en des ponts esthétiques entre les phénomènes du vivant, du pensant et de ce qui est au-delà de l’expérience sensible, parallélismes de l’intelligence en tant qu’intuition silencieuse. Presque exclusivement relatifs à des improvisations électroniques, pour raconter le style dans ses actes de jeu temps réel, tout type de synthèse est abordé: numérique, analogique, additive, granulaire… L’idée de minimalisme et de répétition est primordiale dans la composition d’Horla, elle relate somme toute une volonté d’essentiel; mais au delà de l’attention apportée aux détails d’écriture, les principales phrases sont filées de telle sorte à provoquer une proximité rare avec « le sonore » pour lui même, en tant qu’essence: entité physique porteuse d’idée. Les paysages horizontaux sont d’une importance quasi identique aux événements prompts fustigeant la mesure. Une maitrise longue de plusieurs milliard de hertz des différents types de synthèse sonore, discrète ou continue,
relative dans ses supports fixés à des artefacts sinusoïdaux et bruitistes aux dynamiques cinglantes, comme à des nuées synthétiques à la lumière boréale, immenses lévitations qui déplacent son électroacoustique, teinté de motif racinaire radicalement en marge des mythologies et paradigmes académiques autant que ceux de la « techno » à stricto sensu.
Là sera un mouvement perpétuel immanent à sa vision de la musique répétitive mais surtout de la matière; démarche que son premier recueil ‘Orogenèse’, inaugure merveilleusement, presque mystiquement. Il marquera la deuxième sortie du label Le Cabanon Records, le soin apporté à la peinture des lumières et à la sculpture des formes est unique.

www.lecabanonrecords.com