JEUDI 1 OCTOBRE à 18 H 30

La Compagnie, lieu de création. 19 Rue Francis de Préssensé, 13001 Marseille – www.la-compagnie.org

Dans le cadre de l’exposition «Écrit sur du vent» avec Iñaki Bonillas.

En partenariat avec Actoral
Exposition visible du 2 au 31 octobre 2015 – du mercredi au samedi de 15 h à 19h

____________________________________________________________________________________________

B.Lamarche

BERTRAND LAMARCHE (Fr)
Les Souffles (2015)

Devant la platine de Bertrand Lamarche en train de lire un disque recouvert d’une fine pellicule de cire, nous sommes spectateurs de la naissance incessante de scories d’écriture qui s’entortillent et sont aspirés dans le cosmos sur un rythme vertigineux. Les signes ne se figent donc jamais, ils sont pris dans un tourbillon.

Bertrand Lamarche est diplômé de l’école de la villa Arson et enseigne à l’école nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais.
Son œuvre débute tout d’abord autour de travaux sur le paysage, avec l’observation de la vue du viaduc JFK à Nancy. Créant maquettes et documents photographiques, son œuvre intègre progressivement des phénomènes météorologiques, comme les vortex ou tornades qui lui permettent de créer une tension dramatique mais aussi les conditions d’un scénario.
Une autre partie de son œuvre, s’intéresse à Kate Bush comme figure tutélaire de son travail, et de son intérêt pour le son, la musique et les platines vinyles.
Bertrand Lamarche est nommé pour le prix Marcel Duchamp 2012, décerné à l’issue de la FIAC.

The film Les souffles is one of Bertrand Lamarche’s works relative to his interest in recorded music and sound and how to show the process of listening. In several of his installations or films, Bertrand Lamarche uses turntables in some ‘mises en scenes’ where the records, the turntables and the sounds are equally important. They are all used to pinpoint the idea that space and time can be distorted or twisted by using and playing with the reality and the image of a spiral. The film Les souffles shows a close up on a phonograph that reads a record which has been previously covered with wax. The needle of the machine reads the record and a thin thread of wax grows in a constant and moving shape that breaks while too long and too fragile to resist the rotation of the turntable. It is then swallowed by a vacuum cleaner that one can just hear. This thread is eventually the negative figure of a recorded song that one can see but not hear. It shows convulsive disorder, like if the timeline organised in the constant spiral of the record had become a complete chaos.

www.bertrandlamarche.com

 

Commissaire: Paul-Emmanuel Odin