Vendredi 30 octobre à 18h30

Friche Belle de Mai. 41, rue Jobin 13003 Marseille – 2e étage de la tour-panorama

A l’invitation de la Friche Belle de Mai et de eRikM, les RIAM propose une série de concerts/performances dans le cadre de «Exponentielles», les nocturnes de la Friche.

Avec: Sugarcraft, Chris Venzha et Group A.

____________________________________________________________________________________________

V.Epplay

VINCENT EPPLAY (Fr)

Mnémotechnie

Ciné-concert

La Mnémotechnie fait appel à une mémoire appliquée au monde du sonore, au domaine musical et aux moyens techniques qui s’en rattachent.
Au-delà de l’approche purement musicale et documentaire, c’est l’exploration d’une «terra incognita» dont les habitants seraient les derniers représentants d’une philosophie, d’un savoir technologique dont nous avons oublié le sens et l’usage, qui est l’enjeu de cette recherche.
Les différents individus et groupes visités, adeptes d’une étrange musique aux pratiques et rituels faits d’instruments d’un autre temps, sont peut-être les derniers occupants de cette «terra incognita» enchantée…
Sur ce territoire sans nom, certains habitants sont identifiables. Peuplé d’ondistes (ondes Martenot, l’un des plus anciens instruments de musique électronique), d’opérateurs en télécommunication perdus derrière le rideaux de fer, d’un orchestre de Cristals Baschet (des frères du même nom), de chœurs d’enfants d’un pays oublié du bloc de l’est dirigé par un papi auvergnat, d’un bruiteur ingénieux croisant le fer avec des préparateurs de pianos bruitistes, de musiciens indiens des laboratoires de l’Amlai répandant leur engrais musical pour favoriser la croissance des plantes, du Gruppo di improvvisazione Nuova Consonanza d’Enio Morricone en session d’enregistrement dans les studios Vogue, enfin d’un groupe d’enfants sourds à l’écoute des ultras sons dirigé par une bonne sœur Danoise.
Tout ce petit monde foisonnant d’inventions inouïes, à sa manière, essaie avec un certain engagement d’effacer lentement le mur du silence… comme il est dit dans le commentaire du film.
L’ombre du grand inventeur de la musique concrète, Pierre Schaeffer, n’est pas loin et plane certainement au-dessus de tout ce monde de sonneurs

Vincent Epplay, plasticien/musicien, élabore depuis le début des années 90, un travail d’expérimentation à partir d’une pratique indissociée  des arts visuels et de  la musique. A partir de dispositifs installés, son travail propose des situations d’écoute d’amplification sonore et visuel à travers la réalisation de parcours ou d’espaces d’immersions. La  notion  d’usage et d’implication du spectateurs/auditeurs sont les préoccupation  que l’on retrouve dans plusieurs de ses projets comme  «  A usages uniques-2 – Public>, Insonacson/2,Beaux Arts de Bourges, « Jukebox pour musique sans titre « exposition « Live » Palais de Tokyo, Cabine n°5 « Centre Georges Pompidou, Reprise de l’effet relief, Transpalette -Bourges  », Station des ondes Le 104 Paris L’oblique de phase « No descriptive méthode, le Dojo, Nice 2010 & Le temps de l’écoute ,Villa Arson Nice été 2011

www.viplayland.net