Vernissage le jeudi 5 octobre à 18h30

Galerie H.L.M/Hors-Les-Murs – 20 rue Saint Antoine 13002 Marseille

Exposition visible du 6 au 28 octobre – du mercredi au samedi de 15h à 19h.

Avec le soutien de la Galerie Art-Cade et de Marseille-expos.

Remerciement à Vidéochroniques.

___________________________________________________________________________________________

estrid-mold-lofty

KAREEM LOTFY (Eg) & ESTRID LUTZ/EMILE MOLD (fr)

NARCOSE

Estrid et Emile se sont rencontrés en 2010 et ont commencé leur collaboration en 2011 en Ètudes de design d’objet. Ils se sont rapidement tournés vers l’art et sont diplômés d’un master aux Beaux Arts de Paris et du Art Center College of design de Pasadena. Leurs précédents, Estrid en tant que batteur dans des groupes punk et Emile comme ingénieur ferroviaire, forment le matériel de leur collaboration, une collision entre instinct et analyse, contrôle et éclats, humanité et automatisation, dans le contexte présent et dans les modèles en train de se faire. Ils produisent des installations de sculptures, et d’images mouvantes dans un sens large, où la confection manuelle, centrale, se mélange à des procédés industriels de production de l’image.

Depuis 2010, Estrid Lutz et Emile Mold explorent ensemble les zones de friction de l’hyperprésent. Diplômés avec les félicitations des Beaux-arts de Paris en 2016, leurs œuvres témoignent d’une imbrication violente entre différents niveau de réalité. Entre réel et virtuel, homme et machine, organique et synthétique, la fusion harmonieuse rêvée au siècle dernier s’est progressivement délitée, cédant la place aux chocs, aux crashs et aux hybridations contre-nature qui font temporairement entrer en collision des registres que tout oppose. A travers des installations où sont mis en tension divers matériaux synthétiques ou trouvés, agrégeant comme au sein d’un organisme parasité la fibre de carbone, la mousse ou des fragments de grillages de sécurité, le duo transforme ces frictions en matrice. Plus récemment, une nouvelle série de collages lenticulaires déplaçait cette logique au registre des image. A la fois fixes et mouvantes, celles-ci varient selon l’angle de vision adopté, semblant recracher en vrac la mémoire visuelle d’un écran défaillant. Cabossées, sublimes et tragiques, les œuvres d’Estrid Lutz et Emile Mold déplient la palette des émotions contemporaines, tout en restant toujours dans une ambiguïté aussi fuyante que moirée.

Ingrid Luquet-Gad

www.estridlutzemilemold.com

Le travail de Kareem Lotfy convoque plusieurs disciplines, diverses formes d’art qui entrent en collision et se mélangent.
Il s’intéresse plus au processus de création, bourré de références et d’interprétations, plutôt qu’au résultat physique. Lotfy s’est formé en tant que graphiste et s’intéresse à la netteté liée aux images numériques et à son ouverture qu’elles suggèrent. Il intègre les logos et les marques dans son travail car ils présentent souvent des qualités graphiques et jouent sur les interprétations et les références.
Les arts décoratifs dans lesquels l’apparence esthétique a un fort sens font parti de la culture du Moyen Orient depuis des siècles. En ce sens le langage joue un rôle important de traducteur immatériel d’idées. Lotfy se réfère à la diffusion des différentes formes d’information et d’images qu’il utilise pour créer dans ses oeuvres une réalité hypothétique faites d’images statiques et de peintures numériques en mouvement. Il se définit donc comme un créateur contemporain d’images compressées.

www.kareemlotfy.info