Netradio

------------------------------------------------------------------- Table ronde
jeudi 22 novembre 2007 de 18 h à 19 h
sur Radio grenouille 88,8 MHZ
et en streaming audio sur le site www.grenouille888.org -------------------------------------------------------------------

NETRADIO
Table ronde : Avec : Thomas Lucas (WNE), Etienne Noiseau, Florianne Pochon (Grenouille-Euphonia), Fabien Mokus (ZINC/ECM). animé par Emmanuel Verges ( ZINC/ECM).

La génération numérique a établi une totale redistribution du rapport hiérarchique entre émetteur et récepteur à travers le partage et la coopération, et a développé une ubiquité planétaire des ondes radiophoniques pour la première fois dans l’histoire. Les pratiques sur le réseau Internet ont radicalement changé les modes et motifs traditionnels de transmission et de communication : de passif, l’auditeur devient acteur et même interactif. Avec la démocratisation des moyens de production et la prolifération des home studios, il est devenu possible d’élargir la diversité des créations artistiques dans des nouveaux modes de diffusion en libre accès. Le réseau Internet est à la fois un lieu de diffusion (média) et un support de création (médium). Chacun peut s’approprier ce champ potentiel de création sous des modalités différentes : nous trouvons ainsi des net radios généralistes ou thématiques, en complémentarité avec des streaming vidéo ou des diaporamas photos, ainsi que des textes. Si certaines radios classiques utilisent le web pour archiver leurs programmes en podcast, d’autres utilisent le réseau numérique dans sa spécificité, faisant usage d’un web design interactif, de l’hypertexte, de la webcam ou du blog. Au moment où de nombreuses petites structures sont confrontées à une réglementation très restrictive au niveau des droits de diffusion, comment ces structures auto-organisées peuvent-elles envisager leur développement ?

Thomas Lucas
Chargé de cours multimédia à l’école des arts déco de Strasbourg, directeur de la webradio WNE (Warum Net Expérience) et spécialiste de l’interactivité homme/machine, des réseaux musicaux, de l’expérimentation sonore en ligne. Par ailleurs, il est aussi connu sous le pseudo La Boite Blanche et a été le co-fondateur avec Carl Y. du Nomusic festival, un marathon du streaming pendant 24 heures des musiciens aux quatre coins de la planète.

www.radiowne.org

Etienne Noiseau
Metteur en ondes et producteur radio, il a vécu à Bruxelles jusqu’à 2005 quand il a rejoint le studio de création Grenouille-Euphonia à Marseille. Auparavant, il a été co-organisateur des festivals Radiophon’ic et Microphon’ic. Ses recherches dans le domaine du documentaire audio, l’ont amené à collaborer avec l’Atelier de Création Sonore Radiophonique, ainsi qu’à être co-fondateur de la rédaction de SilenceRadio.org, espace d’écoute sur internet dédié à la création radiophonique contemporaine.

www.silenceradio.org

Florianne Pochon
Coordinatrice pour Grenouille 88.8 du projet RadioLab, nouvelle webradio étudiante développée à l’Université de Provence. Au travers d’ateliers d’initiation, “d’antichambres d’écoute”, d’accompagnement de projets singuliers et collectifs, RadioLab souhaite favoriser, au sein même de l’université, une culture de l’écoute et de l’expérimentation. Soit une façon de jouer avec la radio en tant que langage en prise avec les nouvelles perspectives qu’ouvre le web.

Fabien Mokus
Animateur EOEP (Espace Ouvert d’Education Permanente).depuis 2005, responsable de l’accueil du public et chargé de l’information sur les activités de la structure, se consacre à la création multimédia et mise en place de formation et de discussion autour du logiciel libre.

Emmanuel Vergés
Directeur de ZINC/ECM Friche la Belle de Mai, animateur de la rubrique multimédia dans la revue “La Pensée de Midi” et d’émission sur Radio Grenouille. Initié en 1998, ZINC propose de participer àconstruire les cultures numériques contemporaines avec des publics, des artistes et des professionnels. Cela est mise en oeuvre par une articulation et une mise en perspectives des relations entre oeuvres, publics, pratiques et artistes à travers un lieu ouvert, des ateliers, des productions, de évènements, de l’accompagnement et de l’ingénierie.

www.zinclafriche.org

 

 

Ces dernières années, nous avons assisté à de nombreuses initiatives cherchant à intégrer le son dans le champ des arts plastiques. Sound art ou installation sonore, le son est devenu matériau à sculpter, à peindre, à installer. Il s’agit parfois d’engager différents modes d’interaction entre l’image et le son, envisagés comme matériaux plastiques, ou, symétriquement, entre musique et arts visuels. Les musiciens ont fait du laptop un instrument de musique au moment même où les compositeurs en faisaient un outil de synthèse, d’écriture et de spatialisation des sons. Passages et imprégnations réciproques, croisements et tentatives d’échanges, collaborations et hybridations subvertissent la clarté des catégories traditionnelles.

Les RIAM ont choisi cette année de mettre l’image en mode pause, pour consacrer leur programme à l’art sonore. Des labels défricheurs ont une place de choix dans la programmation, à l’exemple d’ Optical Sound, qui fête ses dix ans avec une soirée de concerts au Musée d’Art Contemporain, ou en parallèle, Davide Balula, artiste et responsable du label Active Suspension, qui exposera une nouvelle installation à la galerie SMP. Si son travail évoque le son sans le produire, nous invitons, dans le sens inverse, le plasticien Rainier Lericolais à passer de la galerie à la salle de concert.

Des nouvelles modalités de production et diffusion se sont ouvertes à la musique avec le réseau internet, à travers le flux en temps réel (le streaming), qui sera l’objet d’un workshop et d’un live avec laboîteblanche et Carl. Y, responsables du festival NOMUSIC. C’est aussi le cas des netradios qui seront au centre d’une table ronde organisée avec le ZINC/ECM, mettant en dialogue les responsables de radiowne.org (Thomas Lucas) ou silenceradio.org (Etienne Noiseau) et des radios hertziennes comme Grenouille qui développent leur dimension interactive. Le philosophe Bastien Gallet tissera un fil rouge entre l’hétérogénéité des pratiques musicales, réfléchissant à la façon dont les auditeurs de musique électronique ont inventé des mouvements de danse pour des musiques qui n’étaient pas forcément corporelles.

Plus qu’une accumulation d’événements, les RIAM s’attachent aux échanges produits par les artistes et cherchent en parallèle à rendre sensibles leurs connexions et affinités artistiques pour tisser entre eux un réseau de réflexion sans pour autant le figer dans une thématique univoque.